Accueil. Revenir à la page "Bonus et surprises".

Des Ovnis en Bigorre

Voilà un sujet qui passionne de nombreuses personnes : les objets volants non identifiés et les extra-terrestres. En vérité se cache la question : « Sommes-nous seuls dans l'Univers ? ». De nombreux ouvrages ou sites internet, dont certains très sérieux, ont réalisé un inventaire des phénomènes paranormaux (surtout à travers les articles de presse). Nous vous présentons ceux qui concernent les Hautes-Pyrénées.

Un article du Méridional du 19 juillet 1978.

Rencontres et Observations Ovnis dans la Région Midi-Pyrénées - Hautes-Pyrénées (65) .

Tarbes
Date d'observation : 8 avril 1950
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : 2
Un médecin et sa femme ont aperçu à la fin de la journée un objet volant qui tournait et tournoyait à une grande vitesse et hauteur. Il était de forme plate et ronde, de couleur rouge, très brillant ne semblait pas suivre une direction précise.

Ger
Date d'observation : 8 avril 1950
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : indéterminé
Des habitants observent en fin de journée, un objet volant tournoyant. L'objet est de forme plate et ronde, de couleur rouge, très brillant, l'objet disparaît en direction de l'Espagne.

Tarbes
Date d'observation : 30 juin 1952
Heure : 11:00
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : indéterminé
Plusieurs personnes se trouvant à la piscine de Tarbes, ont aperçu pendant plusieurs secondes, volant dans le ciel, un objet ayant la forme d'un cigare qui, venant du sud, se dirigeait vers l'est.

Libaros (entre Galan et Trie)
Date d'observation : 8 juillet 1964
Heure : 10:30
Type d'observation : Visuel proche avec personnages
Nbre de Témoins : 1
Le témoin (âgé) garde ses vaches au pâturage 150 m après le croisement de Galan près de Maraunats. Le soleil brille, la visibilité est bonne. L'homme est alors surpris d'observer en bordure de la D21 un objet brillant de 2m50 à 3m de long sur 1m50 de haut. L'objet paraissait ne pas toucher le sol. Il s'éleva alors à grande vitesse et en oblique en direction de Puydarrieux. L'homme voit alors deux silhouettes de 1m15 de haut vêtues de vêtements de couleur kaki. Ils cheminent une trentaine de mètres le long d'une haie, la contournent par un passage et se dirigent vers un gros châtaignier à travers les fougères. Ils paraissent plier sous une charge et semble porter un sac sur leur dos. L'homme rentre alors ses bêtes à l'étable, enfourche une bicyclette et pédale vers les lieux. Il observe les traces dans les fougères et au pied du châtaignier des traces de piétinement, mais aucune trace ne repart et bien sûr les êtres ne sont plus là. Il a fallu une demi-heure au témoin pour revenir sur les lieux, et il reconnaît avoir quitté des yeux un court instant la route.

Aspin-Aure
Date d'observation : septembre 1965
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : 2
Les faits se sont déroulés sur le col d'Aspin de la route N. 618. Voici le récit tel qui nous a été fait :
"C'était fin septembre 1965, ou début octobre, nous avions décidé avec un de mes amis de faire une sortie pour chasser la palombe. Nous avions choisi comme lieu de nos exploits le versant est du col d'Aspin qui domine la vallée d'Arreau. La nuit régnait encore quand nous atteignîmes le col. En attendant le petit jour, nous décidâmes d'une halte au sommet du col. Subitement, sans que rien ne nous l'annonçât, j'aperçus à ma gauche, au-dessus de l'arête du Mauné, une lumière bien étrange, resplendissante dans un ciel un peu noir, toute blanche, d'un éclat semblable à celui du néon, de forme ronde, d'un diamètre apparent sensible, à une altitude au-dessus de la crête que je n'ai pu apprécier : 100 ou 200 mètres peut-être. N'en croyant pas mes yeux, je restais quelques secondes saisi d'étonnement, et j'attirais vivement l'attention de mon compagnon. La chose était bien là, bien présente à notre vue, mais comme irréelle, immobile, sans bruit, sans fumée, insolite dans ce décor, comme suspendue par des fils invisibles, ne ressemblant à rien de ce que nous connaissions, nous laissant béats de surprise devant ce luminaire inattendu. Pendant quelques secondes il ne se passa rien puis, à notre grande stupeur, de cette lumière, troublante par sa fixité, sortit une lumière blanche filiforme, en zigzag aux angles vifs qui, lentement, se mit à descendre en chute verticale, comme une échelle de corde que l'on déroulerait du haut d'une corniche. Notre étonnement était indescriptible. Poursuivant lentement sa descente, sans à-coup, le zigzag de lumière atteignit la crête, qui nous cacha, avec la suite du mouvement, le point d'impact de cette échelle. Nous étions sidérés. Paralysés par l'étrangeté du spectacle, les yeux rivés sur cette chose extraordinaire, nous avions perdu la notion du temps écoulé, quand soudainement à gauche de l'objet, à la même hauteur, une lumière exactement semblable à la première fit son apparition. Tout aussi imprévue, tout aussi discrète dans sa venue, comme engendrée sur place, voilà que, sous nos yeux incrédules, nous vîmes se répéter le même processus. Du disque lumineux, le zigzag de lumière descend lentement et continue sa course derrière la crête du Mauné.
Quel étonnant spectacle présentaient alors ces "deux ressorts " lumineux se détachant dans le ciel, supportant tout en haut ces disques de lumière. Ces "tentacules " d'un nouveau genre devaient toucher le sol quelque part sur l'autre versant du côté des cabanes de Laça ou de la Souaillère. Comme hypnotisés par ce spectacle lumineux, nous le vîmes bientôt s'effacer, disparaître, se diluer, se dissoudre sur place comme fumées, le zigzag en premier, puis les disques, et nous n'avions plus devant les yeux qu'un ciel étoile qui commençait à blanchir, à croire que tous les deux nous avions fait un rêve. Nous pensions tristement à la caméra que mon ami avait apportée, mais que, manque de chance, il n'avait pas encore chargée. Mal remis de nos émotions, nous décidons de poursuivre notre route pour atteindre le bois de La Pelade, but de notre chasse. Laissant la voiture en bordure de route, nous remontions une pente, un peu essoufflés ; quant à moi, je ressentais en plus comme une oppression qui n'était pas celle de l'effort. Je me sentais inquiet, comme observé par des yeux invisibles, l'impression d'être surveillé, une sensation d'insécurité. C'est dans ces conditions un peu déprimantes que se poursuivait notre marche en avant. Il y avait dans l'air comme un frémissement, un bourdonnement, et je percevais un bruit que je n'arrivais pas à situer, à déterminer, ressemblant à la vibration d'un moteur très puissant. Nous étions seuls cependant, et je jetais autour de moi des regards inquisiteurs ; seule la solitude répondait à ma quête, quand soudain, devant nous, frôlant les crêtes proches, nous vîmes défiler se dirigeant vers l'est, une série de ces objets en forme d'assiette creuse qu'il est convenu d'appeler des "soucoupes volantes ". Nous en avons compté six qui, en un rien de temps, en file indienne, traversèrent le champ de notre vision. Peut-être derrière le sommet y en avait-il d'autres ? Elles étaient sûrement à l'origine du bruit et de mon malaise, car après leur départ mon malaise disparut ainsi que le bruit. "

Bagnères-de-Bigorre
Date d'observation : 15 mars 1968
Heure : 0:10
Type d'observation : Visuel proche
Nbre de Témoins : 2
Les événements se sont passés entre Bagnères-de-Bigorre et Campan sur la route N. 135. Nuit de pleine lune. Les témoins, un homme et son épouse, racontent eux-même l'observation :
"Nous venions de quitter Bagnères-de-Bigorre, et nous roulions vers le sud à 80 km. à l'heure, sur une route nationale déserte à cette heure de la nuit. Ma femme était à mes côtés, le ciel était entièrement dégagé, la lune éclairait le paysage.
"Tout à coup, à moins de 1 km. des dernières maisons, au lieu dit "La Téoulière ", nous aperçûmes du côté droit de la voiture, entre la route et le flanc de la montagne bordant la route, un engin violemment éclairé, qui semblait descendre de la colline qui domine le vallon du Salut. II évoluait très bas, à la même vitesse que la voiture.
- Regarde, me dit ma femme, c'est une soucoupe volante !
Ne me fais pas rire avec tes soucoupes volantes , lui répondis-je, me moquant d'elle. Tout en regardant, je repris :
Ce doit être un engin expérimental secret, un genre d'hélicoptère qui circule de nuit pour éviter les indiscrétions.
En fait, cela ne ressemblait à rien de connu. De plus, l'engin évoluait très bas, dans un décor très encombré d'arbres, de maisons, de fils à haute tension, limité à sa droite par les pentes raides de la montagne, alors qu'à gauche le lit et la vallée de l'Adour auraient facilité son parcours.
" Fais attention à la voiture ", me dit ma femme ; car, comme vous pouvez l'imaginer, j'étais très intrigué par cet engin qui escortait la voiture d'aussi près. Il faut également faire remarquer que l'objet occupait en grandeur apparente toute la glace de la portière avant droite. A ma droite, le terrain était lui-même plus haut que la route, il remonte même sensiblement. Ceci donne une idée de l'altitude à laquelle évoluait cet engin, bien trop basse pour un engin connu, à cette vitesse, dans un tel environnement, en pleine nuit...
Au niveau d'une petite côte, la route s'encaisse sur la droite : l'engin disparut un instant à nos regards pour réapparaître, en escorte fidèle, aussitôt l'écran disparu. Passé cette côte, peu avant Baudéan, j'ai eu l'idée de faire des appels de phares. A ma très grande surprise, par deux fois, au rythme des appels, l'intensité lumineuse de l'engin diminua, comme si réellement une réponse m'était faite. Je ne savais plus que penser ; c'était extraordinaire.
Arrivé au village de Baudéan, l'engin bifurqua ; je m'attendais à ce qu'il prit la vallée de Lesponne, celle qui mène au lac Bleu. Je voulais descendre pour mieux l'observer, mais ma femme, très troublée par cette escorte insolite, m'en dissuada. Je m'apprêtais alors à prendre sur ma droite la route de cette vallée, mais l'objet ne fit que la traverser, se dirigeant vers le pic du Midi. Non sans une certaine émotion, je le vis disparaître à mes yeux comme s'il avait percuté de plein fouet les flancs de la montagne, au niveau des sapins : plus d'engin, plus de lumière, aucun bruit de choc ou d'explosion, cela me parut tout à fait anormal. La nuit, dans le silence profond de la campagne, aucun bruit n'avait été perçu et nous avions cependant l'impression qu'à cette vitesse, sur cette trajectoire que je revois encore, un accident venait de se produire. Le lendemain matin je fis le projet d'alerter la gendarmerie pour qu'elle fasse des recherches. Réfléchissant à tout ce que nous avions vu, à ce que j'allais dire, j'ai réalisé qu'il faudrait parler de soucoupe volante. J'ai tout de suite imaginé l'attitude ironique des gendarmes que je connais bien et la publicité qui serait donnée à ma déposition. J'ai vu le sourire amusé de mes amis me demandant de raconter mon aventure et j'ai alors renoncé à en parler."
L'épouse, qui n'était pas absorbée par la conduite et se trouvait contre la vitre droite, a pu, mieux que son mari et plus longtemps, observer l'objet.
Elle l'a vu lumineux, elle compare sa forme à un cendrier ou à une assiette creuse renversée. Elle reconnaît un objet déjà dessiné par un autre témoin sur une autre observation (Evillers 22/05/1967) avec de légères différences. La lumière était très vive disent les deux témoins et sa couleur tirait sur le jaune, de la même nuance mais moins prononcée que la lumière jaune des phares d'une voiture. Ils n'ont entendu aucun bruit ni ressenti aucune sensation spéciale.
D'après les indications recueillies : grandeur apparente de l'engin dans la glace, distance du conducteur à cette glace, recul possible de l'engin dans le décor évalué à 100 mètres, les calculs indiquent que le diamètre de l'engin n'était pas inférieur à 30 mètres. Les enquêteurs ajoutent après avoir visualisé le terrain sur tout le parcours de cette observation, "que les évolutions de cet engin, au milieu d'obstacles très réels que nous avons pu apprécier sur place, peut rappeler le vol des chauves-souris par l'habileté à éviter les obstacles, grâce aux ultra-sons."

Lannemezan
Date d'observation : septembre 1972
Heure : non connue
Type d'observation:
Nbre de Témoins : 1
Un jeune homme est rentré très effrayé chez ses parents. La cause de cette frayeur est l'observation d'un objet volant très bas. L'objet a dirigé vers le garçon un faisceau lumineux orange qui lui a provoqué une décharge électrique.

Jacque (entre Pouyastruc et Trie)
Date d'observation : 23 février 1974
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : 1
Le maire du village se trouve en voiture quand il est suivi au cours de la nuit du 23 au 24 par un objet lumineux dont le dessus est plat. L'objet s'éloigne ensuite en direction de Chelle-Debat.

Liac (Près de Vic)
Date d'observation : 26 février 1974
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : 2
Le témoin est en voiture, juste avant le village elle voit une lumière puissante comme des phares de voiture semblant lui faire des appels. Puis à une quinzaine de mètres dans un champ, des lumières clignotantes. Au-dessus du village elle voit des feux clignotants. Après le village les lumières reparurent au ras du sol, comme une chenille lumineuse. Elle arrive chez son père, alors tous les deux peuvent observer par une fenêtre deux formes sombres avec des phares allumés à 1,50 m de hauteur, et des bandes lumineuses d'un mètre environ posées à même le sol à distance régulière.

Chis (entre Tarbes et Rabastens)
Date d'observation : 26 février 1974
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel proche
Nbre de Témoins : 1
Le témoin roulait sur la RN 21 lorsqu'il vit un objet brillant de forme hémisphérique, dont le sommet était surmonté d'un tronc conique. Près de lui volait un objet plus petit rouge. Il eut des problèmes de moteur sur les quelques kilomètres qui lui restait à faire.

Cabanac (près de Pouyastruc)
Date d'observation : 26 février 1974
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : 1
Le boulanger observe un objet hémisphérique accompagné d'un objet plus petit.

Aureilhan
Date d'observation : 26 février 1974
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel proche
Nbre de Témoins : 2
Le témoin est en voiture avec son fils. Soudain elle aperçoit dans son rétroviseur une sorte de phare circulant au ras du sol sur la chaussée, se rapprochant et devenant de ce fait aussi gros que le dessus d'une table de jardin, de couleur rouge. La boule clignotait un instant et semblait alors projetée en avant, rattrapant peu à peu le véhicule. Paniquée, le témoin accélère au maximum, mais l'objet reste dans le sillage du véhicule pendant 18 km. A l'entrée de la ville, la boule s'arrête et une boule plus petite en sort et vient sur la voiture, provoquant alors une énorme gerbe d'étincelles. Une odeur de brulé envahit l'auto. La grande boule disparaît en bifurquant sur la gauche et disparaît dans les prés. L'enfant qui avait fixé la boule semblait hypnotisé et souffrait des yeux.

Gensac (Près de Vic)
Date d'observation : 26 février 1974
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel proche
Nbre de Témoins : 1
Un homme en voiture est survolé par une boule rouge. Il a alors des ennuis de moteur.

Orleix
Date d'observation : 14 mars 1974
Heure : non connue
Type d'observation : Visuel éloigné
Nbre de Témoins : 2
Deux témoins observent d'abord deux plaques géantes lumineuses qui apparaissent et disparaissent. Changeant de place, c'est alors cinq plaques rougeâtre immenses, chacune de la taille apparente de la Lune qui dansent une sorte de ballet. Les témoins restent un quart d'heure à admirer le spectacle, et repartent alors que le phénomène continue.

Le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), service du Geipan, recense lui aussi les Ovnis. Il donne souvent une explication aux phénomènes, quand cela est possible...

Lourdes, le 23 juillet 2009.

Bagnères-de-Bigorre 28.05.1978
Observé le 28/05/1978
Région Midi-Pyrénées
Département Pyrénées (Hautes)
Classe B
Résumé Probable observation d'un nuage lenticulaire.
Description détaillée Le 28 mai 1978 vers 9h un témoin observe en direction du soleil levant un ensemble de halos de couleurs différentes d'où semblent partir des rayons lumineux. L'observation durera entre 6 à 10 minutes puis le phénomène disparaîtra. Aucun autre témoignage de ce phénomène n'a été recueilli. Cette personne a probablement observé un nuage lenticulaire.

Bagnères-de-Bigorre 1980
Observé le 25/08/1980
Région Midi-Pyrénées
Département Pyrénées (Hautes)
Classe B
Résumé Observation d'une probable rentrée atmosphérique
Description détaillée Le 25 août 1980 entre 21h25 et 22h plusieurs témoins observent dans le ciel un phénomène lumineux. Une forme circulaire de couleur se déplace sans qu'aucun bruit particulier ne soit entendu. Les témoins situés en ville perdent de vue l'objet qui se trouve caché par des bâtiments. L'observation est très courte mais les témoins affirment que cet objet émettait des rayonnements lumineux. L'observatoire du Pic du Midi est contacté mais rien de particulier n'a été constaté. Il est probable que les témoins aient assisté à une rentrée atmosphérique.

Lourdes 1981
Observé le 05/09/1981
Région Midi-Pyrénées
Département Pyrénées (Hautes)
Classe C
Résumé observation d'objets se déplaçant rapidement.
Description détaillée Les 5 et 6 septembre 1981 la brigade de Lourdes est amenée à prendre les dépositions de personnes ayant aperçu dans le ciel des objets lumineux. Ceux-ci se déplacent à grande vitesse et sans bruit à basse altitude. Les temps d'observations très courts ( 5 secondes) ne permettent pas d'avoir assez d' informations pour émettre une quelconque hypothèse sur les phénomènes observés.

Hèches 1986
Observé le 22/03/1986
Région Midi-Pyrénées
Département Pyrénées (Hautes)
Classe B
Résumé Observation d'une forme sphérique de plus de 100 mètres.
Description détaillée Le 22 mars 1986 vers 6h15 un témoin au volant de son véhicule aperçoit durant 7 à 8 secondes un objet de forme sphérique se déplaçant d'est en ouest. Cet objet est de couleur bleu sur sa partie avant et bleu-vert dans la partie qui se rétrécie à l'arrière. Le témoin estime la longueur de cet objet à 100 mètres. Aucune autre information n'a été recueillie sur cette observation qui présente toutes les caractéristiques d'une rentrée atmosphérique.

Le Lac d’Opale 1989
Observé le 18/07/1989
Région Midi-Pyrénées
Département Pyrénées (Hautes)
Classe D
Résumé Observation d'un objet se déplaçant sur un lac puis s'élevant dans les airs
Description détaillée Le 18 juillet 1989 vers 16h00, 2 témoins se trouvent au sommet d'un col surplombant le lac d'Opale. Ils aperçoivent alors un objet lumineux rougeâtre qui flotte sur le lac en direction du bord. Nos témoins prennent cet objet pour un bidon, mais quelle n'est pas leur surprise de voir cet objet sortir de l'eau et continuer sa route sur les cailloux en les survolant à très faible hauteur. M. et Mme L. continuent leur descente vers le lac en continuant d'observer le phénomène. Ils l'observeront durant 20 minutes environ jusqu'à ce que remontant une cheminée jusqu'à le crête de la montagne, il disparaisse dans le ciel. Les conditions météorologiques sont exceptionnellement bonnes ce jour là. Bien que l'analogie avec un ballon de baudruche gonflé à l'hélium ait été évoquée, aucune conclusion n'a pu être tirée lors de l'enquête sur ce cas insolite d'observation de longue durée en plein jour dans une région désertique.

Hautes-Pyrénées
1999
Observé le 05/05/1999
Région Midi-Pyrénées
Département Pyrénées (Hautes)
Classe D
Résumé Observation d'une masse lumineuse avec une forme triangulaire changeant brutalement de direction
Description détaillée Le 5 mai 1999 vers minuit, plusieurs témoins répartis dans différentes communes des Hautes-Pyrénées observent une forme lumineuse blanchâtre semi circulaire et translucide que certains témoins compareront à de la fumée. Après un quart d'heure d'observation les témoins constatent la présence sur la gauche d'un point lumineux avec une traînée (certains témoins parlent de forme triangulaire) et dirigée vers l'ouest qui a subitement basculé vers le sud. Après quelques minutes, le phénomène disparaît brutalement. Aucun bruit n'a été entendu et la phénomène est resté globalement stationnaire. Les témoignages divergent quelque peu sur la durée du phénomène (de 2 à 15 minutes) mais sont particulièrement concordants sur le fait que le point lumineux avec une traînée en forme de triangle a brutalement effectué une rotation de 90°. L'enquête n'a pas permis d'associer cette observation à un mouvement d'aéronef ou une rentrée atmosphérique. Ce phénomène reste inexpliqué.

Tarbes 03.06.2009
Observé le 03/06/2009
Région Midi-Pyrénées  
Département Pyrénées (Hautes)
Classe A
Résumé Chute de pierre.
Description détaillée Le 3 juin 2009, un témoin observe la chute d'un objet qui percute un sapin et roule sur le sol. L'objet mesure 4,5 x 7,5 centimètres et pèse environ 300 grammes. Il suppose qu'il s'agit d'un morceau de météorite. L'analyse de l'expert en minéralogie attaché au laboratoire d'études des mécanismes de transfert en Géologie de l'OMP Toulouse conclut à l'identification certaine d'une hématite, plus connue sous le nom commun de minerai de fer et en aucun cas d'un corps céleste. Aucune trace d'impact n'a été retrouvé à l'endroit indiqué de la chute de l'objet et il n'y a pas d'autre témoin de cette observation.

Lourdes 23.07.2009
Observé le 23/07/2009
Région Midi-Pyrénées
Département Pyrénées (Hautes)
Classe A
Résumé Observation filmée de lanternes thaïlandaises.
Description détaillée La vidéo associée à l'observation ne laisse aucun doute sur l'origine du phénomène : lanternes volantes (connues aussi sous le nom de lanternes thaïlandaises).

Revenir à la page "Bonus et surprises".