Traces toponymiques et linguistiques des Vikings dans le sud-ouest

Traces toponymiques et linguistiques des Vikings

dans le sud-ouest

(par François Pujo)

Quelques mots pour situer les Vikings dans le temps (source la revue « Science et Vie junior ». Hors série octobre 2015 sur les Vikings) :

Abadie, Abadiè, Abadie, Abadîo, Abadia : lié à abbaye. Il faut imaginer le sud-ouest de l'an 406 au 9°siècle occupé (pillé parfois) par les Wisigoths (chrétiens ariens) ensuite les Arabes (musulmans) puis les Vikings (haïssant tout ce qui portait une croix). N'ayant plus d'autorités religieuses, les abbayes seront confiées à des civils, le nom « Abadie et ses dérivés » viendrait de l’absence de religieux (massacrés) et donc d’abbés « laïcs » chargés de percevoir les impôts. La reconstruction du catholicisme viendra de l'abbaye de Cluny et de Tournai (Belgique) qui ont fondé Tournay.  


Armessén (so dé) : nom de maison du pays, avec « sen », fils de en langage nordique (Norvège), s’agit-il d’une trace du passage des Vikings dans le sud-ouest ?


Barèdhyo : Barèges, Un mot troublant « Varègues », nom d’une tribu Viking, ressemble à notre « Barèdhyo », Barèges.


Béarn : La ville de Bénéharnum fut brûlée par les Vikings au 9°Sc., il n’en reste pas de traces à ce jour.


houstaù : logis : u bèt houstaù, Oustaloup, le logis du loup. Plutôt la demeure d’une personne de sinistre réputation ! A noter le « hus » (prononcez « hous »), viking puis norvégien, le « house » anglais. A l’origine des noms de famille « Loustau, Loustaunau », le logis et le logis neuf.


Saint Lézé : Sent Lézer. Abbaye très ancienne, détruite par les Vikings en 844, reconstruite par les moines de l’abbaye de Cluny puis liée à l’abbaye de Saint Lizier en Ariège qui explique son nom.


Traces dans la conjugaison occitane: qué cantam (nous chantons), La terminaison en « m » de notre parler (première personne du pluriel) est identique à l’ancien parler normand.

Revenir à la page "Bonus et surprises". Accueil.
Revenir à la page "Bonus et surprises".

En 793, les Vikings pillent le monastère de Lindisfarne, sur l’île du même nom, fondé en 635 par un moine irlandais et centre de rayonnement pour la christianisation des pays nordiques. Les croix sont saccagées, les reliques profanées, les moines assassinés. Ils s’attaquent aux églises, abbayes et religieux. Cette haine, dit-on, leur est venue de la conversion forcée que Charlemagne imposait aux peuples qu’il conquiert. Il faudra trois siècles avant que les Vikings se convertissent à leur tour et adoucissent leurs mœurs. Ils recevront en signe de paix la Normandie. A noter que Charlemagne avait déporté des Saxons qui serait à l'origine du nom de famille « Sanson ».

Vers 850 le couvent de Saint-Savin aurait été pillé et incendié par les Normands (north man) autre nom des Vikings. Toulouse fut attaquée en 844 ainsi que l’abbaye de Saint Lézer (à coté de Vic) et Bordeaux en 848 ainsi que Pampelune.