Traces linguistiques des Wisigoths

Traces linguistiques des Wisigoths

(par François Pujo)

Revenir à la page "Bonus et surprises". Accueil.
Revenir à la page "Bonus et surprises".

Quelques mots pour situer les Wisigoths dans le temps :

ALARIC : dérivation de l'Adour à Pouzac, il doit son nom à Alaric II roi des Wisigoths, (484 - 507).


Arrieumérés : Origine de ce nom de famille. On pourrait penser à « arriùs » ruisseaux, mais le nom d’un jeune wisigoth gravé sur une pierre tombale à l’abbaye de Ligugé indique « ARIOMERES SERVOS DOMNI MARTINI ORA PRO ME ». « Arrieumérés » pourrait être d’origine wisigothe.


guilhem : guillaume (wilhelm en germanique). On trouve dans le pays des Guilhamat, Guilhamet. Prénom d’origine germanique venu dans le pays avec les Wisigoths ou les Vikings?


Odo : Odon, « Odo dé Baregeis » seigneur du Château de Sainte Marie, cité dans la dédicace de l’église de Saint Pé en 1026. Ce prénom d’origine germanique est arrivé avec les Wisigoths où les Vikings dans la vallée de Luz.


Saint Gaudens : Vers 475, Gaudens, petit pâtre de 13 ans qui gardait son troupeau, est décapité par les Wisigoths parce qu’il refuse d’abjurer sa foi pour adhérer à l’arianisme. Il prit sa tête entre ses mains et se réfugia dans l’église du Mas Saint-Pierre. Les fidèles l’y ensevelirent avec sa mère. Dès lors, le village porta son nom.


Signal des Wisigoths : Le haut de la côte de Loucrup, en allant vers Montgaillard, a longtemps poté le nom de « signal des wisigoths » : voir extrait d’un guide touristique en bas de cette page.


Yse : ruisseau de l’Estibe (vallée de Luz), mot proche de  deux fleuves européens (l’Yser, l’Ysar), de l’Isère de l’Izard (notre chamois). Wikipédia nous donne graduellement le sanskrit « isirah » (vif, impétueux, vigoureux), le wisigoth-scythe « isara », même sens, mot ensuite adopté par le celtique-basque (iz voulant dire eau). Il s’agit là d’un authentique mot « fossile ».

406 : suite à des bouleversements climatiques du nord de l’Europe, traversée du Rhin et du Danube gelés par des peuplades (Wisigoths, Vandales,  Alains, Germains, Francs) estimé à 350 000 personnes. Une partie de ces peuples passeront en Espagne (via les Pyrénées bien sûr) ou s’installeront dans le sud-ouest. En 451 Attila lui-même sera battu par une coalition de Romains (minoritaires), Alains, Francs, Germains, Bagaudes, Burgondes  et Wisigoths. Les Goths, peuple germanique qui s'établit en Ukraine, se divisent très tôt en deux branches : les Ostrogoths et les Wisigoths. Les premiers s'implantent en Italie pendant un siècle et y forment un royaume jusqu'en 555; les seconds, après avoir envahi l'actuelle Bulgarie,  s'établissent dans le sud de la Gaule jusqu'à Bordeaux puis fondent le royaume wisigoth,  qui s'étend de l'autre côté des Pyrénées, avec Toulouse pour capitale. Vaincus par Clovis roi Francs (507 bataille de Vouillé), ils partent, accompagnés d'Ostrogoths, en Espagne et se fixent à Tolède qu'ils occuperont jusqu'à l'arrivée des Arabes (711), avant de disparaître avec leur langue. A noter que le trésor du pillage de Rome le 24 août 410 par Alaric 1er n’aurait jamais été retrouvé après le retour des Wisigoths en Aquitaine. Ils l’ont peut-être caché lors de leur passage des Pyrénées après 507.